Texte à méditer :  Devenir partenaire et avoir votre bannière ici avec lien vers votre site: Cliquer ICI   
Menu

Fermer Partenaires

Fermer Diaporamas

Fermer Tutoriels en Vidéo

Fermer Outils Web

Fermer Panorama

Fermer Articles

Fermer Cours Programmation

Fermer Vidéos

Fermer Informatique Débutants

Fermer Cours en vidéo

Logiciels gratuits

Fermer Bureautique

Fermer Dernières mises à jour

Fermer E-Mail

Fermer Multimédia

Fermer Réseaux

Fermer utilitaires

Ateliers Privés
Créations Thoms87

Liste Privée

Demande d'inscription
Nouvelles des Amis
news.gifNouvelles


Windows 10 : Microsoft renonce à imposer Edge depuis Courrier ou Mail - par Thoms le 11/07/2018 @ 11:31

Windows 10 : Microsoft renonce à imposer Edge depuis Courrier ou Mail

Application : La grosse ficelle pour tenter d'accélérer l'adoption de son navigateur n'est pas passée inaperçue. Et provoque un joli rétropédalage.


Par La rédaction de ZDNet.fr | Mardi 10 Juillet 2018


En mars dernier, Microsoft tentait une manoeuvre pour favoriser l'utilisation de son navigateur Edge au sein de Windows 10. Dans une version test de l'OS, les liens cliqués depuis un mail dans Courrier ou Mail (l'application d'email par défaut) s'ouvrait dans le navigateur maison, même si un autre outil était défini par défaut par l'utilisateur comme Google Chrome, Mozilla FireFox ou tout autre navigateur. 

"Nous allons commencer à tester un changement dans lequel les liens cliqués dans l'application Windows Mail s'ouvriront dans Microsoft Edge, qui offre la meilleure expérience, la plus sûre et la plus cohérente sur Windows 10 et sur vos terminaux" assurait l'éditeur auprès des membres du programme Windows Insider. Provoquant immédiatement une grogne de ces derniers.

Cette décision n'est pas passée inaperçue des spécialistes de Windows et de Microsoft, en particulier du fait de ses agissements passés sur le marché des navigateurs - sanctionnés par le régulateur européen notamment.

La supériorité revendiquée de Edge sur les autres navigateurs suscite par ailleurs un certain scepticisme. Paul Thurrott, un expert reconnu de Windows, ne manque pas d'ironiser sur Twitter au sujet de cette décision de Microsoft.


En mars dernier, Microsoft tentait une manoeuvre pour favoriser l'utilisation de son navigateur Edge au sein de Windows 10. Dans une version test de l'OS, les liens cliqués depuis un mail dans Courrier ou Mail (l'application d'email par défaut) s'ouvrait dans le navigateur maison, même si un autre outil était défini par défaut par l'utilisateur comme Google Chrome, Mozilla FireFox ou tout autre navigateur.

"Nous voulons que les gens utilisent notre produit. Devrions nous:
a) Faire un meilleur produit ou b) Ne pas leur donner le choix et leur coincer ce produit inférieur au fond de la gorge ? Ce n'est pas une question normale à poser."

Aujourd'hui, face à la polémique, Microsoft effectue un rétropédalage. La dernière build de Windows 10 propose une option qui permet de choisir entre l'ouverture systématique des liens dans Microsoft Edge ou non. Si la case non est cochée, c'est bien le navigateur choisi par défaut qui ouvrira un lien depuis l'application de messagerie. Reste à savoir si cette option sera maintenue dans la prochaine version finale de Windows 10.
Rappelons que malgré l'intégration de Edge à Windows 10, Microsoft n'a fait aucun progrès dans sa bataille contre la domination de Google Chrome sur Windows 10 PC. La firme de Redmond continue d'essayer de trouver des moyens d'inciter les utilisateurs de Windows de l'essayer.

Jusqu'à présent, les campagnes de Microsoft en matière de sécurité, d'amélioration de l'autonomie et d'intégration avec ses autres applications ont convaincu très peu d'utilisateurs de Windows 10 d'adopter Edge.

Si Windows 10 est devenu la version de l'OS la plus répandue, supplantant ainsi Windows 7, ce développement ne contribue que très peu à la croissance d'Edge (qui représente moins de 5% de parts). Parallèlement, Internet Explorer, le navigateur historique de Microsoft, continue de décliner.


Gmail : oui, des tiers lisent vos mails, et vous auriez dû le savoir - par Thoms le 05/07/2018 @ 09:31

Gmail : oui, des tiers lisent vos mails, et vous auriez dû le savoir

Technologie : Google admet que des développeurs tiers puissent lire vos mails. Mais ce sont de gentils développeurs, validés par Google. Et surtout, au lieu de vous plaindre, vous devriez avant tout apprendre à lire. Car tout est expliqué dans la gestion des autorisations de l'outil.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mercredi 04 Juillet 2018

Oui, admet Google, des développeurs tiers, c'est à dire ne travaillant pas pour Google, peuvent lire vos mails. Mais ce sont de gentils développeurs. Et surtout, au lieu de vous plaindre, vous devriez avant tout apprendre à lire.


"Nous travaillons continuellement pour valider les développeurs et leurs applications qui s'intègrent à Gmail (...), et nous donnons aux administrateurs et aux consommateurs la transparence et le contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées" relève dans un billet de blog destiné à déminer la polémique Suzanne Frey, la responsable de la sécurité de Google.

"Vous pouvez vérifier les autorisations que vous avez accordées à des applications autres que Google et les révoquer si vous le souhaitez" dit-elle. "Pour les utilisateurs de G Suite, les administrateurs peuvent contrôler quelles applications non-Google peuvent accéder aux données de leurs utilisateurs en les mettant en liste blanche".

"Examen automatisé et manuel du développeur"

Google détaille également le processus de vérification qui amène des tiers à travailler sur vos données. On y trouve "un examen automatisé et manuel du développeur", "une évaluation de la politique de confidentialité" et "des tests in-app pour s'assurer que l'application fonctionne comme elle le doit".

Preuve du sérieux de sa démarche, Google affirme avoir déjà suspendu des applications qui ne respectaient pas (ou plus) ces règles.

Hier le Wall Street Journal révélait que si Google avait cessé de scanner les emails des utilisateurs de son service Gmail, ses partenaires avaient les mains libres pour le faire.

Faut-il couvrir sa webcam ? Ce spyware enregistre son et image - par Thoms le 12/06/2018 @ 10:59

Faut-il couvrir sa webcam ? Ce spyware enregistre son et image

Sécurité : Le logiciel malveillant InvisiMole se répand de manière très ciblée et se déploie de manière à éviter toute détection - et les chercheurs en sécurité ignorent comment il infecte ses victimes.


Par La rédaction de ZDNet.fr | Mardi 12 Juin 2018

Un outil malveillant de cyber-espionnage récemment découvert transforme les PC en postes d'écoute, permettant aux pirates d'écouter des conversations et de prendre des photos en utilisant la machine compromise.

Surnommée InvisiMole, la campagne est active depuis 2013 mais vient juste d'être découverte, mettant en évidence la nature particulièrement furtive des attaques.

Campagne active depuis 2013

Le malware a été détaillé par des chercheurs d'ESET, après avoir été découvert sur des ordinateurs compromis en Ukraine et en Russie. On pense que la campagne est très ciblée, avec seulement quelques douzaines d'ordinateurs affectés. Les cibles sont en revanche de grande envergure et de grande valeur pour les attaquants.

ESET précise que le logiciel malveillant transforme l'ordinateur infecté "en une caméra vidéo, laissant les attaquants voir et entendre ce qui se passe dans le bureau de la victime ou à tout autre endroit où se trouve leur terminal."

Les auteurs de la campagne ont si bien réussi à couvrir leurs traces que les chercheurs ignorent qui est derrière InvisiMole. Une chose est certaine : la nature puissante de l'outil le place parmi les campagnes d'espionnage les plus sophistiquées.

"InvisiMole est un logiciel espion entièrement équipé dont les capacités riches peuvent certainement rivaliser avec d'autres outils d'espionnage vus dans la nature" juge Zuzana Hromcová, analyste en malware pour ESET.

Le malware a notamment la capacité d'enregistrer le son en utilisant les périphériques audio d'entrée de la machine, mais aussi de prendre des captures d'écran sur l'ordinateur infecté. Les chercheurs notent que des captures d'écran de chaque fenêtre ouverte peuvent être capturées séparément, ce qui permet aux attaquants de prendre des captures d'écran des applications et des informations qui s'exécutent en arrière-plan.
Le logiciel malveillant permet également à l'attaquant d'ouvrir, de créer et de supprimer des fichiers, de lister toutes les informations sur le système et plus encore - avec des attaquants attentifs à ne pas laisser de traces de cette activité.



Windows 10 : bientôt une option 'Passer en mode S' ? - par Thoms le 11/06/2018 @ 10:53

Windows 10 : bientôt une option 'Passer en mode S' ?

Technologie : La dernière version de Windows 10 Redstone 5 de Microsoft inclut une indication sur une nouvelle fonctionnalité liée au Mode S, ainsi que de nouvelles options de provisioning de Windows Autopilot.


Par Mary Jo Foley | Vendredi 08 Juin 2018

La version de test de Windows 10 Redstone 5 de cette semaine comprend un indice suggérant l’ajout possible par Microsoft d’une option  «Passer en mode S. »

La façon exacte dont une telle option pourrait fonctionner reste à préciser. L'option hte semble susceptible d'être ajoutée aux Paramètres, comme décrit par Paul Thurrott sur Thurrot.com.

Quitter et activer le Mode S facilement

À l'heure actuelle, à compter de la mise à jour d’avril de Windows 10 avril 2018 récemment lancée, les utilisateurs peuvent quitter le mode S via une application du Store de Microsoft. Ils ne peuvent en revanche y revenir facilement.

Windows 10 S Mode, pour mémoire, est un mode verrouillé des diverses éditions de Windows 10 (Home, Pro, Entreprise et Éducation) qui permet aux utilisateurs de n'exécuter que des applications Microsoft Store. Il est conçu pour être plus sûr et moins sujet à une altération des performances au fil du temps. Le passage du mode S à une version complète de Windows 10 est gratuit pour tous les utilisateurs.

Thurrott et d'autres spéculent, ou du moins espèrent, que les utilisateurs pourraient utiliser le mode à venir pour se déconnecter temporairement, afin par exemple d'installer des pilotes et des applications non- téléchargeables sur le Store.

Ils pourraient ensuite revenir au mode S sans que ces applications ne soient bloquées ou ne disparaissent. Je dois dire que je suis curieuse de voir comment cette option fonctionnerait. Je pense qu’une telle fonction supprimerait toute proposition de valeur de sécurité ou de performance que le S Mode prétend apporter - à moins que de nouveaux contrôles non-divulgués n’accompagnent cette option.


J'ai demandé à Microsoft un commentaire au sujet de cette possible option « Passer en mode S ». Je suis curieuse de savoir s’il s’agit de plus qu'un simple moyen de passer en mode S sans avoir besoin d'une application Store, ou de quelque chose permettant aux utilisateurs de basculer entre le mode S et les éditions Windows 10 normales. Pas de retour pour le moment.
Windows 10 passe en pilotage automatique

Autres annonces Windows 10 : Microsoft lance cette semaine de nouvelles fonctionnalités Windows Autopilot pour Windows Insiders.

Windows Autopilot est la technologie de Microsoft destinée à faciliter le provisionnement et la maintenance de Windows 10 en évitant aux professionnels IT de charger des images personnalisées.

Un nouveau mode d'auto-déploiement est disponible pour les Insiders. Il « étend l'expérience tactile de l'IT à l'utilisateur déployant le terminal » selon un article de blog du 7 juin. Actuellement, Windows Autopilot exige que les utilisateurs sélectionnent les paramètres de base comme la région, la langue et le clavier et entrent leurs informations d'identification.

Avec le mode Self Deploying, tout ce dont les utilisateurs auraient besoin serait de mettre sous tension un terminal avec Windows AutoPilot pour qu'il soit prêt à fonctionner.
Une nouvelle fonctionnalité de réinitialisation de Windows Autopilot est également disponible pour les testeurs Insider. Elle permet de réinitialiser et de redéployer un terminal Windows 10 géré par Intune sans nécessiter un accès physique à la machine. « Tout ce que vous avez à faire, c’est de cliquer sur un bouton dans Intune » précise l’éditeur.

Les Insiders peuvent dès à présent tester ces fonctionnalités avec la version de test Windows 10 Redstone 5 de cette semaine (17686) et Intune.


Windows 10 April 2018 Update : des couacs, mais l'adoption grimpe à 50% - par Thoms le 01/06/2018 @ 12:01

Windows 10 April 2018 Update : des couacs, mais l'adoption grimpe à 50%

Technologie : Le déploiement de la dernière mise à jour de Windows 10, April 2018 Update, a été rapide et concerne 50% des utilisateurs de Windows 10. L’adoption n’a cependant pas été sans de multiples problèmes pour les utilisateurs.

Par Liam Tung | Jeudi 31 Mai 2018

Windows 10 April 2018 Update est la version de Windows 10 qui connaît le déploiement le plus rapide parmi les mises à jour de l’OS depuis sa sortie en 2015, selon AdDuplex, une société d'analyse publicitaire centrée sur Windows.

Windows 10 version 1803 - la mise à jour d'avril 2018 - atteint 50% de part de marché en un mois, alors que la Fall Creators Update ou version 1709 et la Creators Update ou la version 1609 ont mis respectivement deux et trois mois pour atteindre ce seuil.

Une rapidité de déploiement "irresponsable"

Windows 10 1803 est disponible au téléchargement depuis le 30 avril et a été poussé par Microsoft à partir du 7 mai.

Cette adoption rapide pourrait être le signe que la mise à jour est bien accueillie par les utilisateurs de Windows 10. Ce pourrait effectivement être le cas si ce n'était tous les problèmes auxquels ils ont été confrontés.

Comme le souligne Paul Thurrott, observateur de Windows, la rapidité de ce déploiement est « irresponsablement pire » qu'il ne l'avait prévu en raison de tous les bugs.

La semaine dernière a été marquée par une augmentation des plaintes des utilisateurs bloqués sur un écran noir après le passage à la 1803. Certains utilisateurs ont attribué le problème à l'antivirus Avast, mais l’éditeur de sécurité a nié en être la cause.

Cependant, Microsoft a confirmé depuis que le problème est causé par un conflit entre la version 1803 de Windows 10 et l'antivirus Avast.

La mise à niveau semble terminée mais, après s'être connectés, les utilisateurs exécutant Avast voient s’afficher un écran vide où apparaissent uniquement la Corbeille et une barre de tâches. En outre, le menu Démarrer ne fonctionne pas, tout comme le Gestionnaire de tâches.


Conflit entre Avast et Windows 10

Autre situation rencontrée par l’utilisateur : Windows redémarre à l'écran « Choisissez votre clavier », étape à laquelle il reste ensuite bloqué.

« En collaboration avec Avast, Microsoft a identifié qu'un élément d'Avast Behavior Shield entre en conflit avec l’April 2018 Update de Windows 10, et qui pourrait aboutir à cette expérience » commente Microsoft sur son forum à destination des utilisateurs.

« Avast a publié une mise à jour pour éviter ce problème. Une fois que vous avez restauré votre système, assurez-vous que votre antivirus Avast est à jour. »

L’éditeur fournit également des instructions aux utilisateurs de son système pour restaurer les machines Windows affectées par ce problème.

La mise à jour a également provoqué le blocage des terminaux lors de l'utilisation de Chrome et de nombreux problèmes liés aux écrans noirs sur les ordinateurs Dell Alienware. La semaine dernière, Microsoft a également publié des correctifs pour les SSD Intel et Toshiba.

Selon AdDuplex, les ordinateurs de Dell, MSI et Microsoft représentent une part plus importante des PC exécutant la version 1803 de Windows. En outre, les nouveaux terminaux Microsoft Surface sont mis à jour plus rapidement que les anciens.


Windows Defender mal noté parmi les antivirus ? La faute aux tests pour Microsoft - par Thoms le 28/05/2018 @ 11:22

Windows Defender mal noté parmi les antivirus ? La faute aux tests pour Microsoft

Sécurité : Windows Defender se classe derrière de nombreux autres antivirus dans des tests tiers. Microsoft affirme néanmoins que les utilisateurs devraient le préférer aux autres outils de sécurité et appelle à faire évoluer la méthodologie des tests.

Par Liam Tung | Vendredi 25 Mai 2018


Windows Defender de Microsoft se classe septième sur 15 produits antivirus (AV) dans un test indépendant. Mais les résultats reflètent imparfaitement les performances des logiciels, juge Microsoft.

Grâce aux améliorations apportées à l'antivirus Windows Defender intégré à Windows 10, certains utilisateurs se demandent si cela vaut la peine de payer pour un produit de sécurité tiers comme ceux de Symantec, McAfee ou Kaspersky.
100% sur la détection des menaces, mais des ratés

Mais selon les derniers résultats d’AV-Test, une entreprise de benchmarking d’antivirus allemande, pour un usage domestique et professionnel de Windows, Windows Defender est toujours à la traîne par rapport à ses rivaux, se plaçant à la septième place en compagnie de quatre autres éditeurs.

Pour AV-Test, les premiers produits antivirus en décembre pour Windows 10 en matière de protection, de performance et d'utilisation étaient AhnLab, Avira, Bitdefender, Kaspersky et McAfee.

Windows Defender a obtenu une note élevée en termes de protection, détectant 100% des nouveaux et anciens programmes malveillants. Il a en revanche perdu des points sur le front de la performance, qui mesure le ralentissement des applications et des sites Web par un antivirus.

L’utilisabilité de la solution de Microsoft est également une faiblesse, c’est-à-dire la mesure des faux positifs ou les cas où l’antivirus identifie à tort un fichier comme malveillant.

Ainsi, la performance de Windows Defender a été réduite car il ralentit plus que la moyenne de l'industrie l'installation d'applications fréquemment utilisées. Il a par ailleurs détecté à tort 16 logiciels légitimes, contre une moyenne de quatre dans le secteur.

Mais Microsoft tient à faire savoir aux clients professionnels que Windows Defender n’est qu’un élément d’un tout. Ceux-ci peuvent également déployer des « composants » de Windows Defender Advanced Threat Protection (ATP), notamment Smartscreen, Application Guard et Application Control.
Il faut changer le thermomètre : les tests

Dans les tests de janvier et de février, Windows Defender obtenait également un score de 100% sur la protection. Cependant, deux échantillons de malware lui avaient échappé. Depuis lors, l’éditeur a fait évoluer ses classificateurs de machine-learning pour les détecter.

Mais Microsoft note dans un nouveau document que Defender ATP les a détectés, ce qui n'est pas reflété dans le résultat d'AV-Test ou d'autres sociétés de test. Microsoft espère changer cela afin que les testeurs incluent les « stack components » disponibles dans ATP.

« Alors que les menaces deviennent plus sophistiquées, Microsoft et d'autres fournisseurs de plateformes de sécurité continuent à développer les capacités de leurs produits pour détecter les menaces à travers différentes étapes d'une attaque » écrit l'équipe de Microsoft Windows Defender Research.

« Nous espérons que les testeurs indépendants feront également évoluer leurs méthodologies. Nos clients ont besoin de plus de transparence et de visibilité sur ce qu'une solution de bout en bout peut accomplir en termes de protection préventive globale, y compris la qualité de composants individuels comme les antivirus. »
« Microsoft est très impliqué dans le travail auprès de plusieurs testeurs indépendants pour développer des tests de sécurité afin de se concentrer sur le test de la pile de sécurité de bout en bout. »

Windows Defender n’en souffre toujours pas moins de problèmes de classification incorrecte d’applications légitimes comme des logiciels malveillants, selon le test de janvier-février. Cependant, Microsoft affirme que les 21 applications mal classées étaient soit des lecteurs multimédias, soit des mixeurs audio, des logiciels peu courants dans les environnements d'entreprise.

Il soutient également que les faux positifs dans le test de synthèse ne prennent pas en compte les informations contextuelles que Microsoft utilise dans les machines du monde réel et qui empêchent Defender de signaler à tort que des applications saines présentent un risque de sécurité.

Dernier point : Windows Defender demeure encore nettement plus lent que la moyenne de l'industrie pour l'installation d'applications fréquemment utilisées. Toutefois, Microsoft rétorque à ce sujet que les utilisateurs d'entreprise passent généralement moins de temps à installer de nouvelles applications et plus à utiliser des navigateurs, des courriels et des traitements d

Windows 10 April Update : des SSD incompatibles - par Thoms le 17/05/2018 @ 11:39

Windows 10 April Update : des SSD incompatibles

Technologie : La dernière mise à jour de l'OS semble poser quelques problèmes à quelques modèles de disques durs SSD fabriqués notamment par Intel.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mercredi 16 Mai 2018

Malgré les précautions de Microsoft, Windows 10 April Update (aka Redstone 4) désormais en cours de déploiement, subit quelques soucis de compatibilité. Après des bugs sous Google Chrome, aujourd'hui corrigés, il semble que la dernière mise à jour de l'OS ait du mal à communiquer avec certains disques durs SSD.

Plusieurs modèles sont concernés, notamment chez Intel (SSD 6600, SDD Pro 6000p) et Toshiba (XG4, XG5 et BG3). L'affaire est plutôt gênante : les SSD sont de plus en plus présents dans les PC portables et sont le support de stockage utilisés pour les tablettes..., notamment Surface de Microsoft.  Il semblerait que le problème se situe au niveau du contrôleur personnalisé SM2260 qui équipe ces SSD au format NVMe.

La firme confirme le problème et dit travailler à un patch avec les fabricants de disques durs. Mais en attendant, pour les utilisateurs qui constatent des problèmes de compatibilité, la seule solution consiste à revenir à la précédente version stable de Windows 10, à savoir la build 1709 (Fall Update). Microsoft propose un guide pour réaliser cette opération.

Si vous n'avez pas encore réalisé la mise à jour April Update et que vous utilisez un de ces SSD, le meilleur conseil est donc d'attendre. Microsoft a d'ailleurs bloqué la mise à jour automatique pour les machines équipées de ces composants.




Les 'articles sponsorisés' arrivent dans Firefox 60, sans sacrifier la vie privée - par Thoms le 03/05/2018 @ 11:08

Les 'articles sponsorisés' arrivent dans Firefox 60, sans sacrifier la vie privée

Business : Les utilisateurs américains de Firefox commenceront bientôt à voir s'afficher des articles sponsorisés dans les nouveaux onglets. Mozilla précise que la fonction est désactivable et qu'elle respectera la vie privée des internautes.

Par Liam Tung | Mercredi 02 Mai 2018


Comme il l'avait annoncé précédemment, Mozilla ajoutera du contenu sponsorisé dans les nouveaux onglets à partir de Firefox 60.

L'éditeur de navigateur avait révélé en janvier que les utilisateurs de la version bêta de Firefox commenceraient à voir apparaître "un article sponsorisé occasionnel" dans la section des recommandations de Pocket sur les nouveaux onglets.
De la publicité désactivable et non intrusive

La fonctionnalité a d'abord été testée auprès d'une "petite partie des utilisateurs américains", mais avec Firefox 60, dont la sortie est prévue le 9 mai, elle sera "entièrement opérationnelle" pour les utilisateurs américains.

Les articles sponsorisés développent l'intégration de Firefox avec Pocket, que Mozilla a acquis en 2017 et a, depuis Firefox Quantum, utilisé pour alimenter les recommandations de contenu dans les nouveaux onglets - sur la base du contenu populaire enregistré dans Pocket.

Cette fonctionnalité a été déployée uniquement aux États-Unis, au Canada et en Allemagne. Pocket envoie également une liste de sites Web connexes à des articles tendance qui, s'ils sont cliqués, sont considérés comme une marque d'intérêt.

Bien que le contenu sponsorisé introduit une forme de publicité pour Firefox, Mozilla souligne que son approche permet la personnalisation sans sacrifier la vie privée.

L'éditeur veut également éviter de devenir une plateforme comme Facebook qui encourage le clickbait, tout en donnant aux utilisateurs la possibilité de refuser le contenu sponsorisé.

Mozilla entend démontrer qu'il a retenu les leçons du fiasco Cambridge Analytica/Facebook pour promouvoir l'idée qu'une voie permet de réparer le modèle "cassé" de la publicité sur Internet. En ce sens, l'éditeur a déjà retiré ses publicités de Facebook et présenté l'extension Facebook Container.

Une option activée par défaut ?

"Nous s'en sommes venus à accepter le postulat de la publicité selon lequel les utilisateurs doivent échanger leur vie privée et leurs données en échange d'expériences personnalisées et de grande qualité. Nos expériences de ces derniers mois ont prouvé que ce n'était pas vrai" écrit le fondateur de Pocket, Nate Weiner.

La FAQ de Pocket sur son intégration avec Firefox note que des recommandations personnalisées sont réalisées localement sur le navigateur et que ni Mozilla ni Pocket ne reçoivent une copie de l'historique du navigateur des utilisateurs.

Il est également possible de désactiver le contenu sponsorisé simplement en décochant le paramètre "Afficher le contenu sponsorisé". Cela suggère que Firefox 60 sera mis en ligne avec l'option de contenu sponsorisé activée par défaut.

Cette option est accessible via l'icône Préférences dans un nouvel onglet. Les utilisateurs pour qui l'option n'apparaît pas ne figurent pas dans le déploiement des articles sponsorisés.

Pocket souligne que le contenu sponsorisé sera toujours clairement identifié. Les sponsors de ces articles ne disposent, en termes de données, que du nombre d'impressions et de clics sur leurs contenus.

Windows 10 April Update disponible - par Thoms le 02/05/2018 @ 09:46

Windows 10 April Update disponible

Technologie : Microsoft a débuté le déploiement de la nouvelle mise à jour majeure de Windows 10 ce lundi. Il sera comme d'habitude étale dans le temps.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Mardi 01 Mai 2018


Après quelques bugs de dernière minute, la mise à jour majeure de Windows 10a commencé àà être déployée ce lundi 30 avril. Microsoft en a profité pour confirmer le changement de nom de la nouvelle mouture qui sera finalement baptisée "Windows 10 April 2018 Update" et non pas "Windows 10 Spring Creators Update".


Vu le nombre de machines concernées, le déploiement ne se fera pas en un jour. Il sera réalisé de manière progressive sur une période qui pourra atteindre trois mois. 

"Microsoft s'attache maintenant à offrir à tous les utilisateurs de Windows ce qu'ils ont de plus cher mais qui leur manque bien souvent : du temps ! Grâce aux nouvelles fonctionnalités du Windows 10 April 2018 Update, il est désormais possible d'en faire plus sans effort, de gagner en concentration, et de consacrer son temps aux tâches que l'on apprécie, tout simplement." , commente Redmond

On retiendra par exemple la nouvelle fonctionnalité Chronologie, "Windows 10 aide les utilisateurs à s’y retrouver, en quelques secondes. Un simple clic sur le bouton Affichage des tâches permet en effet de retrouver facilement les fichiers et documents ouverts au cours des 30 derniers jours, classés chronologiquement, et ce, indépendamment des appareils sur lesquels ils ont été consultés".

Ou encore l’Assistant de concentration, "les utilisateurs ont désormais la possibilité de canaliser toute leur attention sur une tâche pour rester productifs et créatifs en se déconnectant en particulier des nombreux fils d’informations qui apparaissent à l’écran".

Egalement intéressant, le Partage de proximité fait son entrée, il permet d’envoyer rapidement et simplement un fichier ou un site web à une personne à portée de Bluetooth ou sur le même réseau wifi, et ce, quelle que soit la taille du fichier.

Quant au navigateur Edge, il permet désormais de couper le son d’un onglet en cliquant sur son icône audio, ou d’afficher en plein écran des ebooks, PDF ou pages web en mode lecture.

Du côté des professionnels, Microsoft ajoute : "Avec l’arrivée de la Windows 10 April 2018 Update, Microsoft intègre de nombreuses fonctionnalités à Microsoft 365. Ces nouveautés disponibles « as a service » ont pour objectif de simplifier l’environnement de travail des organisations et des collaborateurs en entreprise comme de terrain.

"Au programme : Le lancement de Delivery Optimization qui réduit significativement la bande passante utilisée lors des mises à jour. L’outil Application Health Analyser (AHA), qui informe sur la compatibilité Windows 10 des applications internes. Le déploiement et la gestion des kiosk devices dans Intune sont aujourd’hui facilités grâce au nouveau Microsoft Kiosk Browser, intégré à Edge et disponible dans le Microsoft Store. Des déploiements simplifiés et moins coûteux avec Windows Autopilot. Un ensemble de solutions pour les collaborateurs de terrain ou en contact direct avec la clientèle. Une interface d’administration intégrée, pour une expérience optimisée avec le lancement de Microsoft 365 admin center. Une conformité nativement intégrée aux services, avec le centre Sécurité et Conformité de Microsoft 365".

Windows 10 : encore un peu de retard pour la Spring Creators Update ? - par Thoms le 23/04/2018 @ 12:11

Windows 10 : encore un peu de retard pour la Spring Creators Update ?

Technologie : La dernière preview destinée aux Insiders comporte également un bug dont la correction pourrait entraîner un nouveau retard dans la mise en ligne de la version stable.

Par La rédaction de ZDNet.fr | Vendredi 20 Avril 2018


Quand ça veut pas... Si Microsoft n'a jamais communiqué sur une date officielle de lancement de Wiindows 10 Spring Creators Update (aka Redstone 4) tout laissait penser à un lancement le 10 avril avec le Patch Tuesday.  


Mais un bug de dernière minute dans la build 17133 qui était considérée comme la version RTM pouvant entraîner dans certains cas un plantage de l’ordinateur (BSOD) a été identifié forçant l'éditeur à prendre un peu de temps pour le corriger avant d'ouvrir les vannes.

Le bug a été corrigé et Redmond a poussé une nouvelle preview (17134) aux Insiders (canal rapide) histoire de vérifier que le correctif fonctionne bien et qu'il n'y a plus de crashs observés. Manque de bol, il semble que cette build souffre d'un nouveau bug. Ce dernier n'entraîne pas de plantage de la machine mais celui de l’application Réglages, selon d'assez nombreux témoignages sur Reddit.

Les ingénieurs de Microsoft vont donc devoir replancher sur la question, trouver l'origine du problème et apporter un nouveau correctif qui sera inclus dans une nouvelle preview (17135) ou une mise à jour cumulative.

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 ] SuivantFin

cadeau.gifSpécial !

Thoms87 , le portail du partage entre Amis tongue


Connexion...
 Liste des membres Membres : 102

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 6

Total visites Total visites: 507864  
Sondage
Que pensez-vous de Thoms87
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Résultats
Recherche



Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

^ Haut ^